Conférence « Femme de coeur Femme de cause Femme de compassion »

Je suis née à une époque où les femmes avaient déjà le droit de vote, et je vis à une époque et dans une région où il y’a des femmes ministres, des femmes dirigeantes, des femmes qui gèrent leur propre finance. On entend désormais  le mot mairesse, professeure docteure, Madame la ministre, etc…

Nos grands-mères et mères se sont battues pour en arriver là. Pour ma grand-mère, balayeuse de rue et pour ma mère qui s’est arrêté au niveau du primaire car elle devait s’occuper de ses frères et sœurs, pour ces femmes qui étaient le seul soutien de leur famille il était important que moi, j’ai une éducation supérieur, que moi, je sois une femme indépendante, que moi, je sois une femme accompli en fonction de moi même et non pas sous le joug d’une autre personne.

Alors oui, des femmes avant nous se sont battues, se sont tenues debout et pour cela les efforts doivent continuer.

La conférence à laquelle j’ai pris la parole a mis en lumière la souffrance des femmes à travers le monde.

Voici les principaux faits dans le monde.

  • La violence à l’encontre des femmes, qu’elle soit le fait d’un partenaire intime ou de nature sexuelle, est un grand problème de santé publique et une violation majeure des droits de la femme.
  • Selon les estimations mondiales de l’OMS, 35% des femmes, soit près d’1 femme sur 3, indiquent avoir été exposées à des violences physiques ou sexuelles de la part de leur partenaire intime ou de quelqu’un d’autre au cours de leur vie.
  • Le plus souvent, cette violence est le fait du partenaire intime. Au niveau mondial, près du tiers (30%) des femmes qui ont eu des relations de couple signalent avoir subi une forme quelconque de violence physique et/ou sexuelle de la part de leur partenaire intime au cours de leur vie.
  • Au niveau mondial, pas moins de 38% des meurtres de femmes sont le fait de leur partenaire intime masculin.
  • Ces violences entraînent des problèmes de santé physique, mentale, sexuelle, reproductive chez les femmes victimes et peuvent accroître leur vulnérabilité au VIH.
  • Pour l’auteur de violence, les facteurs de risque sont les suivants: un faible niveau d’instruction, des antécédents de maltraitance pendant l’enfance ou l’exposition à des violences contre leur mère, l’utilisation nocive de l’alcool, l’acceptation de la violence et de l’inégalité entre les sexes, et la conviction d’avoir des droits sur les femmes.
  • Pour la victime de violence, les facteurs de risque sont les suivants: un faible niveau d’instruction, l’exposition à la violence inter parentale, des sévices pendant l’enfance et l’acceptation de la violence, des prérogatives de l’homme et de l’état de subordination de la femme.

Le vivre ensemble – la solidarité

On le sait c’est difficile pour une femme mais ça l’est encore plus quand on est immigrante, encore plus quand on est immigrante de minorité visible et imaginez si en plus on est en situation de handicap, si on a des difficultés d’apprentissage.

Vivre ensemble passe par la solidarité,

On doit investir les lieux de décisions, quel qu’il soit. Amener notre vison, ne pas faire en sorte qu‘une seule communauté parle au nom des autres.  Nous sommes tous différents et complémentaires.

Il contre par des interventions de conseil en matière de sensibilisation et d’autonomisation,

Il faut rendre visite, briser l’isolement.

Il faut également investir de lieux de décisions. Comme à Montréal, conseil interculturel, conseil des montréalaise, conseil jeunesse. Mais aussi en politique.

Non seulement pour nous mais aussi pour donner le goût à nos enfants de le faire, d’oser prendre leur place.  Se battre pour que les lieux où il y’a le plus de femmes , ne soient pas les lieux où les situations sont les plus difficiles : organismes communautaire, écoles, les services de santé.

Nous devons nous rappeler les combats de nos mères, de nos grands-mères, leur souffrance, leur sacrifice et ouvrir la porte à nos filles mais également à nos garçons qui en considérant les femmes comme égales, enlèvent je suis certaine un poids sur leurs épaules (poids de pourvoyeur, de performance etc.)

Dans le vivre ensemble, on accueille, on tolère, on se tient par la main pour contrer les obstacles, les irritants ou tout autre fléau dans la société.

Nous les femmes devons être solidaire.

Maintenant je vous encourage à amener d’autres pistes de solutions et à échanger.

Marie-Aline Vadius

3 thoughts on “Conférence « Femme de coeur Femme de cause Femme de compassion »

  1. Cette brillante conférence de Marie-Aline a été donnée dans le cadre d’une activité des femmes que nous avons organisée pour sensibiliser le public à la violence faite à la femme et au viol, forme dégradante et humiliante de cette violence.Nous avons salué la présence parmi nous des femmes engagées comme Madame Carole Poirier, Madame Magda Popeanu, Madame Mariama Zhouri. C’est seulement ensemble que nous pouvons aller plus loin et dire non à la violence faite à la femme. Merci Marie-Aline et plein succès dans ta campagne.

  2. Marie-Aline VADIUS, ton intervention est plus q’uefficiente. J’incite toutes les familles à scolariser leurs filles car la clef de leur indépendance passe par les études, la formation à un métier et l’accès à un emploi. Ce qui leur donnera aussi la possibilité d’être des travailleuses autonomes. Elles gagneront leur liberté et elles seront éclairées pour faire des choix judicieux et faire la part des choses entre les traditions auxquelles elles sont forcées de se soumettre, leur développement, leur épanouissent personnel et leur propre accomplissement. La réussite des femmes profite entièrement aux familles et à toute la communauté. Les politiques et les pouvoirs publics devraient mettre plus d’incitatifs, notamment dans les pays émergents afin d’influencer des parents à scolariser leurs filles au même titre que leurs fils.

  3. Marie-Aline Vadius, merci de nous avoir éclairé avec ces chiffres. La femme a aussi besoin d’un système de prise en charge efficace pour encourager les victimes à dénoncer leurs agresseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *